fbpx

 

[vc_row bg_color=”#FF3366″ padding=”0″][vc_column][vc_column_text]

La super-prof

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

 

Je m’appelle Véronique Favre, je suis professeur des écoles depuis 1994. J’ai travaillé en élémentaire mais surtout en maternelle. Je travaille en petite section depuis 2010, je commence donc à bien connaître ce niveau que j’adore désormais.

C’est un monde à part les petits… J’aime la magie qui se créé entre septembre qui rime avec enfer et juin, synonyme d’aisance, de confiance, de lien, de plaisir à être à l’école avec les autres enfants.

 

Je vis et travaille dans le nord de Paris, à Montmartre (18e arrondissement).

Je travaille dans une école récemment sortie du réseau « éducation prioritaire » mais qui conserve une spécificité de mixité sociale que j’aime particulièrement. Je n’ai pas que des élèves privilégiés, ce mélange me convient bien.

Je travaille dans cette école depuis 2012 et après avoir changé d’école tous les 2/3ans à cause d’un syndrome de la bougeotte, je suis prête à me poser enfin dans une salle de classe qui réunit tous mes critères de « super-classe » !

 

[vc_row bg_color=”#00BFFF” padding=”0″][vc_column][vc_column_text]

Les tablettes et moi

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]


Je suis arrivée par hasard dans le monde des tablettes, à la faveur d’une proposition de prêt de l’unique tablette de ma circonscription en 2011, à la sortie de l’iPad. Paris compte un peu plus de trente circonscriptions, chacune avait alors reçu un iPad qui circulait selon les choix des inspecteurs. J’ai fait une demande et j’ai été choisie : un iPad était entré dans ma vie


Les iPads n’ont depuis jamais quitté ma sphère professionnelle et privée, même si le contenu de mes dotations a beaucoup varié.
1, puis 2, puis 5, puis 1, puis 2, puis 4 mais jamais les mêmes modèles, ils ont évolué au fil des nouveautés Apple.
Seul le bon vieil iPad 2 offert à mon anniversaire est toujours en service, c’est le seul commun à toutes mes configurations.

Mon équipement actuel :

  • 3 iPads achetés ou offerts :

1 iPad air 2 (64 Go) + 1 iPad air 2 16 Go + 1 iPad 2

  •  2 iPads professionnels :

1 iPad qui appartient à l’école + iPad air 2 16 Go (alloué par le rectorat de Paris)

 

[vc_row bg_color=”#FFCC33″ padding=”0″][vc_column][vc_column_text]

Comment j’ai intégré les produits Marbotic dans ma classe

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]


J’ai participé à la première campagne de financement participatif et j’ai reçu la boîte de chiffres numérotée « 4 » ! J’en suis très (très) fière !
J’ai intégré naturellement les jeux Marbotic : comme mes élèves adoraient utiliser les tablettes, j’ai acheté petit à petit toutes les applications correspondantes, puis les lettres quand elles sont sorties. Plaisir des petits et des grands : apprendre avec plaisir, c’est tout.

 

Quand, comment ?

 

Les applis ou les jeux en bois n’ont pas de statut particulier, ils sont intégrés à notre fonctionnement de classe. Ils sont intégrés au carnet des étoiles (brevets de réussite). 

Le numérique s’intègre à merveille dans l’approche transversale : motricité, peinture, arts, musique, danse, pâte à modeler, découpage, papier, crayons, feutres, dessins, etc, tout doit concourir à apprendre & avoir plaisir à apprendre.

 

Au début de l’année scolaire, je n’introduis que les applis, les jouets en bois viennent en cours d’année, au fil de ma programmation des apprentissages.

En classe, je commence souvent par un temps collectif, de découverte ensemble : sur les bancs, je suis face à eux avec un seul iPad, ils viennent essayer chacun leur tour, c’est un temps de présentation.

Ensuite, des temps d’exploration deux par deux (toujours ou presque), une boîte pour deux ou bien une boîte pour la table entière, à partager. Je module selon les besoins pédagogiques du moment.

Il suffit de poser les chiffres et/ou les lettres sur la table près des iPads et le tour est joué : je n’avais pas vraiment de « plan » ou de stratégie. Les jeux suffisent à faire adhérer les élèves.


La totalité ou pas ?

J’introduis quelques chiffres en début d’apprentissages (de 1 à 3), puis je module selon les compétences de chacun. Pour les lettres, les élèves découvrent leur son, leur forme, leur nom à leur envie. Ils écrivent leurs premiers mots ou découvrent isolément et successivement les lettres de l’alphabet.

 

Ma stratégie vise à respecter le rythme d’apprentissage de chacun.
Les applications et les jeux en bois permettent de s’adapter à chacun, au fil de l’année scolaire et de faire venir vers les apprentissages, les enfants qui, a priori, en étaient le plus éloignés.

Au début de l’année, je pose les jeux en bois sur la table, tandis qu’un peu plus tard, ils sont à disposition des élèves qui savent où les trouver et peuvent les prendre librement.

Dans les temps d’exploration libre, les élèves choisissent leurs applis eux-mêmes et effectuent leur parcours de découverte signalé par le niveau « poussin ».  J’aime ces moments où ils montrent qu’ils sont capables de savoir avec quelles applications utiliser les jeux en bois : pour moi, c’est un signe de maîtrise de ce support d’apprentissage.

J’aime aussi quand ils testent les chiffres ou les lettres avec d’autres applis et découvrent que cela ne fonctionne pas. C’est le signe qu’ils ont compris quel matériel utiliser avec quelles applications.

 

[vc_row bg_color=”#9932CC” padding=”0″][vc_column][vc_column_text]

Ce que j’adore

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Ce que je préfère chez Marbotic, c’est travailler avec l’équipe pour faire évoluer les applications au plus près des besoins des enseignants en classe. Les développeurs sont constamment soucieux de l’usage en classe et c’est précieux.

Ce que je préfère dans les jouets Marbotic, c’est la complémentarité, l’alliance objets physiques/travail numérique.

Ce que je préfère dans les applications, c’est la lecture du nom des chiffres, des nombres, le nom des lettres et des mots à voix haute, ce qui se passe à l’écran en résumé.

Plus généralement, j’apprécie particulièrement la manière dont sont pensées les applications, la démarche sous-jacente : je la trouve intelligente, pédagogiquement solide et pertinente.
Tout ça est réfléchi, on ne se contente pas de poser des jeux en bois sur une surface tactile. Les niveaux et la progression sont pensés, les apprentissages visés sont conformes aux programmes de l’école maternelle.

Tous les paramétrages sont très pertinents parce qu’ils permettent à chaque enseignant de trouver son bonheur de s’adapter aux besoins précis de sa classe.